• adelineweber

Burn out des soignants : un mal trop fréquent

Focus sur le syndrome d’épuisement professionnel du personnel médical

Burn Out Soignants - Epuisement professionnel

Défini comme un « syndrome d’épuisement professionnel », le burn out est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé depuis 2020. Il touche tous les métiers mais a initialement été observé chez les soignants. On a longtemps parlé d’un « syndrome des professions d'aide ». Les infirmiers y sont donc particulièrement exposés. En France, 67% du personnel soignant est exposé à un risque d’épuisement professionnel.

Tous les 18 jours, un interne se suicide pendant ses études de médecine. Ce chiffre est trois fois plus élevé que dans la population générale.

La souffrance au travail des professionnels de santé peut également entraîner des erreurs au cours des soins ainsi que des maltraitances de patients. Nous détaillerons dans cet article ce qu’est précisément le syndrome d’épuisement professionnel. Puis, nous expliciterons ses causes et nous proposerons des solutions pour éviter le burn out des soignants.


Qu’est-ce que le syndrome d’épuisement professionnel ?


Un mal profond


Le burn out touche des personnes très engagées dans leur travail. Il se caractérise par :

  • Un épuisement émotionnel ;

  • Un sentiment de dépersonnalisation ;

  • Une baisse du sentiment d’accomplissement au travail.


Selon l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), il nécessite une prise en charge adaptée par un spécialiste (psychiatre ou psychologue).

Une maladie insidieuse


Pour pouvoir le prévenir, il faut en reconnaître les signes avant-coureurs.

Le processus que suit le syndrome d’épuisement professionnel est bien connu. Il se déroule systématiquement en 4 étapes :

  1. Engagement : très investie dans son travail, la personne y prend plaisir et s’y épanouit ;

  2. Sur-engagement : le sujet a du mal à faire une coupure avec son travail. Il y pense sans cesse même lors de ses temps de repos. C’est le 1er signe de l’arrivée d’un burn-out même si sa motivation professionnelle reste intacte ;

  3. Résistance : on passe du sur-engagement à l’acharnement frénétique. La personne ne se rend pas compte qu’elle est surchargée et surmenée. Elle a besoin d’aide extérieure pour s'en sortir ;

  4. Effondrement : le sujet ne prend plus d’initiative. Il s’effondre sur les plans physique, émotionnel et psychique


Des symptômes multiples


De nombreux signaux doivent alerter sur l’état de santé de la personne. Ils peuvent être d’ordre :

  • Physique : tensions musculaires diffuses, perturbations du sommeil, asthénie, troubles musculo-squelettiques (TMS), vertiges, troubles du comportement alimentaire, troubles gastro-intestinaux ;

  • Émotionnel : manque d’entrain, hypersensibilité accrue, absence d’émotions, irritabilité inhabituelle, perte d’estime de soi, risque de dépression ;

  • Cognitif : troubles de la concentration et de la mémoire ;

  • Comportemental : désengagement, repli sur soi, forme d’agressivité voire de violence, absence d’empathie, hausse du ressentiment, sur-risque d’addiction


Quelles sont les causes de burn out du personnel médical ?

Burn Out soignants - Infirmière - Allumette


Une perte de sens


Pour certains professionnels, il existe un décalage entre ce qu’ils imaginaient du métier de soignant et la réalité du terrain. Ces différences peuvent créer de réels conflits de valeur. Les incivilités dans le secteur de la santé, par exemple, ont augmenté de 50% en 10 ans. Or, exercer son activité dans un milieu hostile aggrave la souffrance au travail. De même, la pression de la rentabilité et la confrontation constante avec la douleur et la mort accroissent encore cette pénibilité. Enfin, une grande majorité des soignants déclare être victime d’un manque de reconnaissance pourtant à la base de toute relation humaine.


Une charge de travail démesurée


Que ce soit à l’hôpital ou en profession libérale, les professionnels de santé souffrent d’un manque de moyens. Qui dit moins de ressources dit moins de temps pour une prise en charge de qualité du patient. Cette surcharge de travail est encore accrue par la pandémie de Covid-19. En effet, les équipes médicales ont dû faire face à une multiplicité des rôles. Les infirmiers se retrouvent soignants, accompagnants, aidants, écoutants, organisateurs… Le périmètre de leurs fonctions ayant été élargi suite à la crise sanitaire. Cette confusion dans leurs priorités et la délimitation de leurs tâches aboutissent à une perte de contrôle qui peut être source de stress pour certains.


Une étude réalisée auprès des employés de l’université de Zaragoza en Espagne a établi un lien entre une charge de travail hebdomadaire supérieure à 40 heures et un risque accru de burn out. Les infirmiers français sont 47% à franchir ce seuil contre 43% dans les autres pays*. De même, 63% des médecins français travaillent plus de 40 heures par semaine contre 55% à l’étranger. Seuls les spécialistes belges et hollandais dépassent ce pourcentage.


*Selon un sondage réalisé par Nuance pour la Healthcare Information and Management Systems Society (HIMSS) en Allemagne, Australie, Belgique, Danemark, France, Norvège, Pays-Bas, Suède, Finlande et Royaume-Uni. La méthodologie est disponible dans « De la surcharge de travail à l’épuisement professionnel. Ce que pensent les soignants ».


Des tâches administratives en trop grand nombre


Aux États-Unis, le dossier patient informatisé a été adopté depuis le début des années 2010. Cette décision a fait augmenter les cas de burn out chez les soignants selon l’American Medical Informatics Association. L’enquête précitée confirme cette tendance. 82% des médecins et 73% des infirmiers ayant répondu au sondage désignent les tâches administratives comme l’un des principaux facteurs d’épuisement professionnel.


"La saisie de données dans les dossiers patients informatisés représente une source de stress supplémentaire pour le personnel infirmier et les médecins." Dr Bertrand Marchand, chirurgien général à l’hôpital de Gap.

Quelles sont les solutions au syndrome d’épuisement professionnel des soignants ?


Une meilleure organisation des établissements de santé


Soignants unis stable

Selon l’étude menée par Nuance et HIMSS, le personnel médical propose plusieurs pistes de réflexion pour améliorer ses conditions de travail :

  • Un management collaboratif qui forme ses effectifs de façon continue. Ce type de leadership contribue à la motivation et au bien-être de chacun. En diminuant le turn-over, il améliore significativement le travail d’équipe.


"La stabilité de l’équipe est un élément vital. Si l’équipe est stable, nous pouvons communiquer et nous informer plus efficacement, ainsi que nous entraider. C’est ce que nous visons au sein de notre hôpital" Dr Philippe Queruel, Anesthésiste à l’hôpital Léon Bérard de Hyères.

  • Des plannings fiables et équitables : les modifications de dernière minute engendrent beaucoup de stress et nuisent à l’équilibre vie de famille / vie professionnelle. Il faut éviter les remplacements intempestifs et favoriser une répartition équitable des heures supplémentaires entre les différents membres de l’équipe.


  • Des témoignages de soutien, de confiance et de reconnaissance. Les répondants encouragent les retours d’expérience afin de « promouvoir une culture d’ouverture, d’inclusion, d’empathie, de confiance et de soutien». Les professionnels interrogés appellent également à une meilleure valorisation financière de leur profession. « Il y aurait plus d’infirmières à rester en poste si les salaires étaient plus élevés » affirme une infirmière interrogée. Elle explique qu’une meilleure rémunération signifie aussi : « Nous nous rendons compte du travail que vous fournissez. »


Une hygiène de vie respectée


Pour prévenir le burn out, le personnel soignant est invité à adopter une alimentation équilibrée ainsi que de bonnes habitudes de sommeil. Un mode de vie sain est d’autant plus important quand on travaille de nuit. L’étude va jusqu’à suggérer que les établissements de santé mettent à disposition des espaces de repos et des repas pour les équipes de nuit.


L’innovation technologique au service des soignants


De nombreux professionnels de santé déplorent leur charge administrative. Ces tâches très chronophages empiètent sur le temps qu’ils passent au chevet du patient. Ce déséquilibre accroît le sentiment de perte de sens dans leur travail. La solution serait d’investir dans « des outils numériques pour rationaliser les tâches administratives », explique un médecin.


« Je suis favorable à la technologie et la modernité, et nous pouvons prendre de nombreuses mesures pour aider le personnel infirmier à libérer du temps pour se consacrer à d’autres tâches relationnelles. » Nicole Mercier, infirmière cadre, hôpital de Fourvière, Lyon, France

Pour améliorer les conditions de travail des soignants, la technologie doit être innovante, répondre à un problème spécifique et apporter des avantages immédiats. Introduite au bon moment, elle doit s’accompagner d’une formation adaptée. Si tous ces critères sont réunis, patients et soignants en tireront des bénéfices.


« La technologie aide les soignants à réduire leur stress et à être présents pour leurs patients, ce qui permet de renforcer les relations soignant-soigné. » résume un infirmier.

Déjà nombreux avant l’épidémie de Coronavirus, les cas de burn out chez le personnel médical ont explosé suite à la pandémie. Si les caractéristiques et les mécanismes du syndrome sont désormais bien connus, il convient d’y être vigilent afin de réagir dès les premiers signaux. Hypersensibilité, manque d’entrain, désengagement sont autant de symptômes qui doivent conduire à consulter un spécialiste.


Les solutions technologiques apparaissent comme un allié précieux pour décharger les équipes soignantes. En rationnalisant les tâches administratives notamment, les médecins et infirmiers ont plus de temps à consacrer à leurs patients.


C’est le cas de l’application Timelink qui permet une traçabilité des soins en temps réel. Le patient répond lui-même à certains questionnaires de santé, libérant du temps aux soignants. Grâce à un meilleur partage des données, les situations à risque sont détectées. L’outil collaboratif Timelink permet d’optimiser l’organisation de votre établissement de santé.

Nos dernières actualités :